top of page

Les ténébrions

Les ténébrions

Par Lela S. et Claire Yuan

But


Déterminer quelles conditions abiotiques les ténébrions préfèrent-ils en créant un habitat en carton. Pour l’expérience, nous allons séparer notre boîte en six compartiments : un chaud, un froid, un éclairé, un sombre, un humide et un sec. Trois vers de farine seront utilisés dans cette expérience. Le compartiment chaud et le compartiment froid seront utilisés, ensemble, pour observer si les ténébrions préfèrent le chaud ou le froid. De même, nous allons observer les compartiments éclairés et sombres ensemble pour voir si les vers préfèrent la lumière ou l’obscurité. Nous ferons la même chose avec les compartiments qui restent, c’est-à-dire les compartiments humides et secs. Une petite porte entre chaque ensemble de deux compartiments (chaud et froid, humide et sec, et éclairé et sombre) sera découpée pour que nous puissions observer la préférence de chaque ver. Pour chaque essai, les trois vers seront placées en-dessous de la porte entre les deux compartiments à observer pour que les vers pourront bien choisir le compartiment où s’installer.



Hypothèse


Les trois ténébrions que nous allons observer vont préférer un environnement chaud, sombre, et sec. En effet, d’après nos recherches de Wikipédia, les ténébrions sont adaptés à vivre dans des conditions désertiques, donc ils vont sûrement préférer le compartiment chaud. Ceci est aussi la raison pour laquelle nous pensons que les ténébrions vont préférer le compartiment sec et non le compartiment humide ; nous savons aussi qu’ils sont capables de récupérer l’eau contenue dans l’air atmosphérique et dans des aliments très séchés. De plus, nous pensons que les ténébrions vont préférer le compartiment sombre ; plusieurs de nos recherches et de nos expériences dans le passé prouvent que la majorité des insectes, dont les ténébrions, préfèrent des environnements humides.


Tableau 1 : Variables à mesurer, varier et à contrôler



Il y a trois variables à faire varier pour l’expérience des ténébrions : la lumière, l’humidité et la température. Pour l’observation de la lumière, nous allons contrôler l’humidité et la température dans le compartiment et varier l’intensité de la lumière pour qu’on puisse observer la préférence des ténébrions. Un des compartiments sera recouvert d’un morceau de carton pour que la lumière ne puisse pas entrer, ce qui crée un environnement sombre. L’autre compartiment n’aura aucune couverture pour que la lumière peut entrer et illuminer le compartiment, ce qui crée un environnement éclairé. Ensuite, l’observation de l’humidité sera faite en contrôlant la lumière et la température, et en variant l’humidité dans chaque compartiment. Nous allons ajouter une petite quantité d’eau à de l’avoine dans un compartiment pour créer un compartiment humide. Le compartiment sec sera réalisé avec de l’avoine sec, sans aucun liquide ajouté. Finalement, nous allons faire varier la température des compartiments, en contrôlant la lumière et l’humidité, pour observer si les ténébrions préfèrent le chaud ou le froid. De la glace dans un petit sac en plastique sera ajoutée dans un compartiment pour créer un environnement froid (le sac en plastique est utilisé pour que les ténébrions ne vont pas geler et mourir). En revanche, un environnement relativement chaud sera créé en simplement laissant un petit peu d’avoine dans un compartiment. Nous allons faire cela dans le but de créer un écart de température entre les deux compartiments.

Dans le but de recueillir une quantité suffisante de résultats qui sont également fiables et pertinents, nous allons observer chaque ensemble de deux compartiments trois fois. Comme nous avons trois ensembles de deux compartiments, et chaque ensemble sera utilisée trois fois, neuf essais au total vont être effectués. La répétition de l’expérience plusieurs fois va nous permettre de bien voir la préférence des ténébrions ; effectuer trois essais par expérience au lieu d’un seul essai par expérience réduirai la possibilité d’un cas exceptionnel ou d’une erreur. Cela augmentera la validité de notre expérience et la pertinence des résultats obtenus. De même, cela permettra de recueillir une grande quantité de résultats pour pouvoir bien analyser. Après chaque essai, nous allons noter le nombre de vers qui sont présents dans chaque compartiment dans un tableau de résultats, en prenant le temps de bien prendre en note toutes les autres remarques et observations que nous avons faites à propos de nos ténébrions.


Matériel


· 2 boîtes à chaussures en carton · 1 sac à plastique Ziploc de taille moyenne · 1 bouteille de peinture blanche de 300ml · 2 tasses d’eau (donnée par l’école) · 15 cubes de glace (donnés par l’école) · 2 papiers (donnés par l’école) · 1 crayon à la mine · 1 pinceau · La montre de Felicia (pour chronométrer) · 1 paire de ciseaux · 1 fusil à colle chaude + 10 bâtonnets de colle chaude · 3 tasses d’avoine · 3 ténébrions vigoureux · 1 élastique · 1 règle de 30 centimètres



Schéma de construction





Manipulations

Construction de la boîte d’observation :

1. Identifier les deux boîtes en carton : une des boîtes sera utilisée comme la base de la grande boîte de construction, l’autre boîte sera découpée en morceaux pour former les murs et la couverture du compartiment sombre.

2. Mesurer les dimensions de la première boîte (hauteur, longueur et largeur) et noter celles-ci. Cela permettra de bien mesurer les dimensions des murs à l’intérieur et ne pas commettre des erreurs.

3. Découper deux morceaux de carton. Ils serviront de barrière entre chaque ensemble de deux compartiments (chaud et froid, humide et sec, et éclairé et sombre). Ces deux morceaux de carton auront la même hauteur que la boîte et une longueur qui est équivalente à la profondeur de la boîte.

4. Découper trois morceaux de carton. Ces trois morceaux de carton nous serviront de porte entre les deux compartiments de chaque ensemble. Ils auront la même hauteur que la boîte et une longueur du tiers de la longueur de la boîte moins un centimètre (pour rendre en compte la profondeur des cartons).

5. Découper un trou de 5 x 5 cm sur le bord du bas des trois plus petits cartons. Ces petits trous serviront de portes pour permettre aux ténébrions de se déplacer entre les deux compartiments à observer.

6. Calculer et marquer les endroits spécifiques pour placer les cartons avec un crayon à la mine. Les deux plus gros cartons seront placés verticalement, en les espaçant également pour séparer la boîte en trois sections égales. Les trois plus petits cartons, quant à eux, seront placés verticalement, exactement aux milieux de chaque section, ce qui séparera les trois sections en six compartiments égaux.

7. Coller chaque morceau de carton qui a été découpé à la grosse boîte sur les lignes tracées à l’aide d’un fusil à colle chaude.

8. Découper un autre morceau de carton qui couvrira complètement seulement un des compartiments de la boîte, c’est-à-dire qu’il est un couvercle. Il sert à créer un environnement sombre pour observer la préférence des ténébrions à propos de la lumière.

9. Découper l’élastique en deux ; l’élastique permettra d’ouvrir et de fermer le couvercle. En effet, si on avait collé le couvercle au compartiment, il serait moins facile de récupérer les ténébrions après l’expérience. Toutefois, si on avait laissé le couvercle comme ça sans l’attacher au compartiment, on l’aurait peut-être échappé ou oublié.

10. Coller l’élastique et le couvercle à la grosse boîte à l’aide d’un fusil à colle chaude en tenant compte du fait que le couvercle doit couvrir tout le compartiment en ne laissant entrer aucune lumière.

11. Peindre tout l’extérieur de la boîte d’observation complétée avec

12. Mettre une demi-tasse d’avoine dans cinq des six compartiments pour que les ténébrions se sentent plus à l’aise.

13. Ajouter une tasse d’eau à un papier.

14. Mettre le papier humide dans un des compartiments pour ajouter de l’humidité à l’avoine dans le compartiment, c’est-à-dire créer le compartiment humide.

15. Ajouter les 15 cubes de glace dans un sac Ziploc en plastique.

16. Mettre la glace dans le compartiment qui ne contient pas d’avoine pour créer le compartiment froid.


Manipulations de l’expérience :

1. Insérer les trois ténébrions exactement en-dessous de la porte entre les deux compartiments de l’ensemble.

2. Règler un minuteur pour cinq minutes.

3. Noter nos observations à propos du comportement des ténébrions : s’ils ont peur, ce qu’ils font dans la boîte, s’ils se déplacent, s’ils essayent de s’enfuir ou de sortir de la boîte, etc.

4. Après cinq minutes, noter les résultats : plus spécifiquement, noter combien de vers de farine sont présents dans chaque compartiment dans un tableau de résultats.

5. Refaire les étapes 1 à 4 neuf fois : trois fois pour chaque expérience.


Tableau 2 : Préférence des vers selon la lumière, l’humidité et la température



Graphique 1 : Préférence des vers selon la lumière, l’humidité et la température




Analyse


Lors de cette expérience, nous avons construit une boîte d’observation avec six compartiments différents : un compartiment chaud, un froid, un sec, un humide, un sombre, et un éclairé. Ces six compartiments ont été utilisés pour séparer la boîte en trois sections : une section pour mesurer la préférence des vers selon la chaleur, une autre section pour mesurer la préférence des vers selon l’humidité, et une section finale pour mesurer la préférence des vers selon la lumière. La boîte servait comme environnement pour accueillir nos trois vers de farine vigoureux et pour observer quelles conditions abiotiques préfèrent-ils. Dans le cours de science, pour commencer notre expérience, nous avons mis nos ténébrions en-dessous de la porte entre le compartiment humide et le compartiment sec. Pendant le premier essai, chaque ténébrion a exploré le compartiment à sa guise. Le premier ténébrion s’est installé dans le compartiment sec sous l’avoine et a demeuré immobile pendant toutes les cinq minutes de l’essai. Le deuxième ténébrion voulait sortir du compartiment; par conséquent, il a frappé sa tête sur une boule de colle chaude en essayant de s’enfuir. Le troisième ténébrion a mangé plusieurs graines d’avoine. Après un peu de temps, nous avons décidé que le compartiment humide n’avait pas assez d’eau, donc on a ajouté quelques gouttes à l’avoine dans ce compartiment à l’aide d’un autre papier humide. Après dix minutes, nous avons noté nos résultats. Le deuxième essai s’est déroulé assez bien aussi ; nous avons observé la préférence des ténébrions selon la température. Le deuxième ténébrion, c’est-à-dire le ténébrion qui a essayé de s’enfuir pendant l’essai précédent, a encore essayé de s’enfuir. Il a grimpé le mur et a seulement arrêté quand Felicia l’a poussé avec son doigt. Par conséquent, il a tombé dans l’avoine et a arrêté d’essayer de sortir du compartiment. Nous avons fait une grosse observation à propos de la préférence des vers : pendant l’expérience, tous les trois ténébrions se sont dirigés immédiatement dans le compartiment froid. Ils se sont installés ensuite sous le sac Ziploc contenant les cubes de glace (sauf le deuxième ténébrion qui a essayé de s’enfuir mais qui a rapidement rejoint ses pairs). Nous avons pensé qu’ils étaient morts, mais ce n’était pas vrai : nos vers ont probablement beaucoup aimé le froid. Après dix minutes, nous avons noté nos résultats. Quand il était temps d’effectuer le troisième essai, c’est-à-dire la préférence des vers selon la lumière, nous avons réalisé que nous avons un peu gaspillé notre temps. En effet, au début du cours, Felicia a joué avec les trois ténébrions pour quelques minutes. Ceci est la raison pour laquelle il ne nous restait qu’environ vingt-cinq minutes pour effectuer les sept derniers essais. À cause de cela, nous n’avons pas eu le temps de prendre en note nos observations à part de ceux directement reliés aux préférences des vers. Nos essais suivants ont duré quatre minutes au lieu de dix.


Pendant le premier essai de l’expérience, deux des ténébrions sont allés dans le compartiment éclairé, un des ténébrions est allé dans le compartiment sombre, deux des ténébrions sont allés dans le compartiment humide, un ténébrion est allé dans le compartiment sec, aucun ténébrion est allé dans le compartiment chaud et tous les trois des ténébrions sont allés dans le compartiment froid. Pendant le deuxième essai, un des ténébrions est allé dans le compartiment éclairé, deux des ténébrions sont allés dans le compartiment sombre, deux des ténébrions sont allés dans le compartiment humide, un des ténébrions est allé dans le compartiment sec, un des ténébrions est allé dans le compartiment chaud et deux des ténébrions sont allés dans le compartiment froid. Finalement, lors de notre dernier essai, un des ténébrions est allé dans le compartiment éclairé, deux des ténébrions sont allés dans le compartiment sombre, un des ténébrions est allé dans le compartiment humide, deux des ténébrions sont allés dans le compartiment sec, un des ténébrions est allé dans le compartiment chaud et deux des ténébrions sont allés dans le compartiment froid.


D’après les résultats de nos observations à propos de la préférence des ténébrions selon la lumière, la température et l’humidité, les vers de farine préfèrent les environnements sombres, humides et froides.

Nous pouvons affirmer que les vers préfèrent les environnements sombres, humides et froids. En effet, quand on additionne le nombre de vers qui préfèrent un environnement sombre comparé à un environnement éclairé, on peut voir que, cinq contre quatre, les ténébrions préfèrent un environnement sombre. De même, les vers préfèrent un environnement humide : en additionnant les résultats encore une fois, on peut voir que, cinq contre quatre, les ténébrions préfèrent un environnement humide contrairement à un environnement sec. Finalement, il est très facile de voir que, sept contre deux, les ténébrions préfèrent un environnement froid contre un environnement chaud.

Notre hypothèse de l’expérience n’était pas complètement valide parce que nous nous sommes trompés en pensant que les vers aimeraient les conditions humides et chaudes. Nous pensons que notre expérience nous a permis d’obtenir des résultats fiables parce que nous avons effectué plusieurs essais.

Un moyen réaliste d’améliorer notre expérience est de ne pas procrastiner. En effet, nous avons joué avec les vers pendant quelques minutes et cela nous a fait gaspiller beaucoup de temps, alors une des choses qu’on pourrait vraiment améliorer est notre gestion de temps.


Conclusion


Le but de notre expérience était de déterminer les conditions abiotiques que les vers de farine préfèrent en créant une boîte d’observation. Nous avons séparé notre boîte en six compartiments : un chaud, un froid, un clair, un sombre, un humide et un sec. Trois vers de farine vigoureux ont été utilisés dans cette expérience. Le compartiment chaud et le compartiment froid ont été utilisés ensemble pour voir si l'insecte aime le chaud ou le froid. De même, nous avons observé ensemble le compartiment clair et le compartiment sombre pour voir si les ténébrions préfèrent la lumière ou l'obscurité. Nous avons fait la même chose avec les compartiments restants, c'est-à-dire les compartiments secs et humides. Une petite porte entre chaque ensemble de deux compartiments a été découpée afin que les vers puissent se déplacer entre les compartiments qu’on observe. Pour chaque expérience, les trois vers ont été placés sous ces portes afin qu’ils puissent choisir quelle sorte d’environnement ils préfèrent.


Notre hypothèse était que les trois ténébrions à observer préféreront les environnements chauds, sombres et secs. En effet, nos recherches ont démontré que les vers de farine sont adaptés à la vie dans des conditions désertiques; ils préféreraient probablement donc un compartiment plus chaud. C'est aussi la raison pour laquelle nous avons pensé que les vers de farine préféreraient un compartiment sec plutôt que le compartiment humide. De même, nous savons aussi qu'ils peuvent récupérer l'eau de l'air et des aliments très secs.

Après avoir fait l’expérience, nous pouvons affirmer que les ténébrions préfèrent les environnements sombre. Donc, notre hypothèse pour la préférence des ténébrions selon la lumière était vraie. Toutefois, nous avons eu tort pour les deux autres environnements. Selon nos observations pendant l’expérience, les ténébrions préfèrent un environnement humide et non sec, froid et non chaud. Donc, notre hypothèse pour la préférence des ténébrions selon l’humidité et la température était fausse.

En conclusion, les conditions abiotiques que préfèrent les ténébrions sont les environnements sombres, humides et froids.


Bibliographie


Espace pour la vie (s. d.). Ténébrion meunier. Espace pour la vie. https://espacepourlavie.ca/insectes-arthropodes/tenebrion-meunier

Wikipédia (s. d.). Ténébrion meunier. Wikipédia. https://fr.wikipedia.org/wiki/Ténébrion_meunier

PublicDomainPictures (s. d.). Ice Cubes Background [image]. Pixabay. https://www.canva.com/photos/MADQ44P5ZIw-ice-cubes-background/

[Avoine sur un arrière-plan blanc] [photo]. (s. d.). Pxhere. https://pxhere.com/en/photo/744961


11 views0 comments

Related Posts

See All
bottom of page